28/01/2008

Puéril Ostracisme

 
 Que de savoir perdu par manque d'humilité 

Beaucoup de chercheurs évitent de demander à d'autres ce qu'ils ignorent parce que cela froisse leur amour-propre.

De par mes multiples navigations dans les hautes latitudes du Nord et du Sud, j'ai acquis une expérience intimement liée à ces régions, on peut donc logiquement accepter qu'elles m'ont appris  des choses que d'autres n'ont pas pu connaitre.

Aujourd'hui, alors que l'exploration polaire retrouve un regain d'intérêt et que notre pays engage les deniers de ses contribuables dans de nouvelles réalisations en Antarctique : il eut été logique, il me semble, que je puisse faire profiter le pays de mon savoir en ce qui concerne la spécificité des régions polaires.

J'ai donc accepté en son temps la demande d'Alain Hubert, président de la Fondation Polaire, de participer, dès sa création, à la Fondation. Dès mon accord connu. Gaston de Gerlache s'est opposé à ma présence et a menacé Alain Hubert de se retirer si je restais membre de la Fondation. Alain Hubert ayant pour une question de prestige auprès des autorités financières davantage besoin du soutien de la famille de Gerlache, m'a demandé de me retirer, ce que j'ai accepté dans l'intérêt du bien commun.

La famille de Gerlache donne ainsi l'impression de craindre toute ingérence dans le domaine de l'exploration polaire dans laquelle elle semble se considérer comme l'autorité incontournable et exclusive.

Si une telle prise de position devait s'avérer exacte, il serait alors temps de mettre les choses au point et d'examiner le fondé de ces mérites voulus comme étant exclusifs.

 Le renom de la famille de Gerlache dans l'exploration polaire se fonde principalement sur l'expédition de la « Belgica » commandée par Adrien de Gerlache, à la fin du siècle précédent, et sur celle de son fils Gaston, lors de l'année géophysique en 1956.

Adrien de Gerlache eut le mérite incontestable d'avoir pris l'initiative d'organiser la tenue d'une expédition scientifique en Antarctique et d'avoir par une grande patience et une constante détermination réussi à la mettre sur pied et de l'étoffer par d'excellents collaborateurs.

Georges Lecointe, Lieutenant de Vaisseau, commandant en second était un homme très capable, il personnifiait la connaissance marine à bord.

Roald Amundsen qui découvrira le Passage du Nord-Ouest et sera le premier à atteindre le Pôle Sud, était premier Lieutenant et, par ailleurs, un spécialiste du terrain dont la carrière va démontrer le sérieux.

Plusieurs scientifiques prirent également part à l'expédition et se sont leurs travaux qui en ont assuré le résultat très positif.

Ce que l'expédition de la « Belgica » à pu accomplir est donc le résultat d'un travail d'équipe. Vouloir faire admettre le seul mérite d'Adrien de Gerlache n'est pas une attitude correcte.

Tout cela vaut aussi pour l'expédition du fils Gaston, mais avec cette circonstance particulière que les erreurs commises sur le terrain démontrent des lacunes dans la connaissance générale de la spécificité polaire de son chef.

Conclusion : La famille de Gerlache a réalisé un réel parcours dans l'expédition polaire. Mais elle ne l'a pas accompli seule et il serait souhaitable qu'elle accepte  d'en partager le mérite avec celui d'autres participants. La probité intellectuelle est à ce prix.

 

Willy de Roos.

17:15 Écrit par willy dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

dans un de ses ouvrages J. Salomé a écrit qu'il est très difficile de remplir une bouteille déjà pleine et que celui qui garde tout aura du mal à recevoir !

Écrit par : mpierre | 25/02/2008

A ras de terre. Cher Monsieur, cher Willy, pardonnez moi cette forme de familiarité, mais vous faite partie de la grande famille des gens qui ont tourné le dos aux conventions et aux moeurs de la machine à broyer les rêves. Hier encore, ou plutôt disons la nuit dernière, j'ai relu votre magnifique livre sur le passage du nord ouest. Quelle leçon ! Vous êtes sans aucun doute digne de figurer au Panthéon des navigateurs à côté des Slocum, Bardiaux, Chichester, Le Toumelin, Moitessier,Tabarly, van de Wiele etc.
Ne soyez pas triste de cet ostracisme, il n'est que normal dans ce petit pays de petite gens. Dieu sait si nous manquons de héros à donner en exemple à notre "belle jeunesse" ! Notre petit souverain préfère donner des titres aux chanteuses sur le retour, aux héros du sport commercial et de la dope, et surtout à quelques financiers plus ou moins véreux et pilleurs des biens nationaux. Sir Francis a été adoubé par Elisabeth II, et c'est une des rare fois où elle se montre franchement heureuse et contente de son geste. Il est vrai que son ancêtre avait fait sir le grand Francis Drake. Ne soyez donc pas triste, cher Willy, ne pas être reconnu par les minables est déjà un bel hommage.
Un grand marin qui a tout prouvé ne dois rien attendre des courreurs d'honneurs et de distinctions.
Avec toute mon admiration.
Yvan du bateau Bel-Ami

Écrit par : Gerondal | 14/04/2008

Cher Willy de Roos, c'est une tres intéresante et complète information sur la navigation arctique et antartique. De notre voyage , le premier éffectué ensemble, je garde le souvenir d'un bateau sur mené par un navigateur précis et exigeant. Ce voyage exigeait de la discipline et de l'endurance et résistance physique. Meme notre coup de vent en Sud Argentine à la cape pendant 5 jours à étaler le coup de vent, malgré la peur et l'incertitude est resté pour moi , une tres grande expérience et lecon : que la nature a toujours le dernier mot et que nous hommes de mer sommes toléres par les élements.
La présence de ta fille Martine à partir d'Ushuaia a été un rayon de soleil pour la continuation du voyage dans les canaux de Patagonie jusqu'a Puerto Montt . Mon souhait de " vouloir respirer l'air libre autour de moi " a décidé de nous séparer pour le reste du voyage à bord de Williwaw.
Les 11 mois passés à bord depuis Breskens à Puerto Montt sont toujours restés inscrits dans mes souvenirs , merci d'avoir pu vivre cette expérience humaine et physique. Dans ma vie professionnelle ultérieure je suis resté sur l'eau en réussisant une activite dans le domaine de la location de bateau.
Nos voies ce sont quelque fois éloignées mais depuis L'Antoinette tu es toujours présent dans mes souvenirs.
Bien à toi.
Barbry Michel

Écrit par : Barbry Michel | 27/04/2008

Les commentaires sont fermés.